Communiqué de presse du 12/12/2012

Suresnes, le 12 décembre 2012.

La mise en examen du Dr Jacques Servier et de quelques sociétés du Groupe Servier pour homicide et blessures involontaires constituait une étape attendue de l’instruction en cours menée par le Pôle santé du Tribunal de Grande Instance de Paris, le parquet ayant choisi d'ouvrir deux informations judiciaires (tromperie et homicide involontaire) sur les mêmes faits pour permettre la progression rapide de l'examen de l'ensemble du dossier.

Cependant, lors de l'audience du 11 décembre 2012 pour la mise en examen pour homicide et blessures involontaires, à l'issue de l'interrogatoire de première comparution, les juges ont exclu, dans le libellé de la mise en examen qu'ils ont ordonnée, toute dissimulation par Les Laboratoires Servier vis à vis l'Agence du Médicament concernant la pharmacologie, le métabolisme ou les effets secondaires du benfluorex sur toute la période de la prévention, soit de 1995 à 2009.

Il s'agit là d'une étape très importante dans la recherche de la vérité et des responsabilités éventuelles, et est en contradiction, notamment, avec les conclusions du rapport de l'IGAS.