Droit de Réponse des Laboratoires Servier à Libération

Libération diffuse sur le site http://sciences.blogs.liberation.fr qu’il édite un article titré « Faits et méfaits de l’industrie pharmaceutique » dans lequel est reproduit un texte de Brigitte Chamak et de Laurent Lefebvre. Il y est écrit que « L’agence européenne du médicament, qui a demandé à l’AFSSAPS d’enquêter soupçonne Servier d’avoir dissimulé les effets secondaires du Protelos utilisé chez la femme ménopausée dans le traitement de l’ostéoporose ».

Ces propos sont inexacts.

L’Agence Européenne du Médicament n’a jamais reproché aux Laboratoires Servier d’avoir dissimulé des effets secondaires du Protelos.

Lorsque votre journal a crû pouvoir annoncer le contraire dans son numéro du 7 septembre 2011, le directeur de I’AFSSAPS a tenu à le souligner dans des déclarations qu’il a faites à l’APM et au Figaro, ce même 7 septembre 2011.

Vos lecteurs doivent, par ailleurs, savoir que si l’Agence Européenne du Médicament a effectivement demandé à l’AFSSAPS de mener une enquête, l’inspection qui a été menée est très classique, et que tous les laboratoires en sont l’objet.

Vos lecteurs doivent également savoir qu’au vu du rapport d’inspection, l’EMA a conclu que le rapport bénéfices/risques du Protelos et des autres médicaments bénéficiant d’une AMM européenne auxquels l’inspection s’est intéressée, est et demeure positif (communiqués de l’EMA du 5 septembre 2011 et du 16 mars 2012).

Bien plus, dans un communiqué du 24 mai 2012, l’Agence Européenne du Médicament a dit que le Protelos était recommandé pour le traitement de l’ostéoporose non plus seulement chez les femmes ménopausées, mais aussi pour le traitement de l’ostéoporose chez l’homme à risque de fractures.