Lettre ouverte aux signataires du « Manifeste des 30 »

Suresnes, le 7 septembre 2015

Mesdames, Messieurs,

Le texte intitulé « Le manifeste des 30 » met en cause Servier. Sensible à l’émotion des patients concernés, je souhaite néanmoins rétablir la réalité des faits.

Le Mediator a entrainé chez certains patients des effets indésirables sérieux pour lesquels une réparation et une indemnisation sont nécessaires. Nous vivons ce drame avec gravité, respect et compassion pour les patients et leurs proches.

Un texte de loi spécifique régit, sous l’égide de l’ONIAM*, les modalités pratiques et les délais de cette voie d’indemnisation. Nous ne cherchons pas à en retarder le processus. Bien au contraire, les équipes de Servier et leurs conseils traitent sans discontinuer l’ensemble des dossiers avec un sens aigu du devoir et des responsabilités. Les demandes d’informations médicales adressées aux patients sont indispensables à l’évaluation de leur préjudice. Nous réfutons catégoriquement les accusations qui nous sont faites de demandes qui seraient injustifiées et pléthoriques.

Servier a été le seul à procéder aux indemnisations des patients, conformément à ses engagements qu'il réitère de la manière la plus ferme. Les données chiffrées sont sur notre site internet : www.servier.fr et seront régulièrement actualisées.

A ce jour, pour seulement 11 dossiers, l’ONIAM a considéré que la position de Servier n’était pas pleinement satisfaisante et a annoncé utiliser le mécanisme de substitution prévu par la loi permettant de garantir l’indemnisation des patients.

En aucun cas, Servier n’a refusé de formuler une offre.

Pour votre parfaite information, les 11 cas de substitution envisagés par l’ONIAM sont :

- 7 cas parce qu’ils avaient précédemment reçu un avis de rejet définitif de l’ONIAM,
- 4 cas en l’absence d’expertise médicale permettant d’évaluer le préjudice.

Je ne doute pas que les signataires du « manifeste » soient attachés au respect du travail de la justice et, comme tout justiciable, Servier a aussi le droit d'être défendu.

Malgré les nombreuses indemnisations versées aux victimes, vous appelez les professionnels de santé à reconsidérer leurs liens avec notre entreprise et ses salariés.

Cette initiative atteint injustement le groupe, ses salariés et ses partenaires.

Le manifeste évoque le serment d’Hippocrate et la déontologie médicale.

Vous ne pouvez ignorer que les centaines de médecins qui travaillent pour Servier ont, eux aussi, prononcé ce serment. Tout comme l’ensemble des collaborateurs de Servier, ils se réfèrent aux mêmes valeurs éthiques et morales au service des patients.

Les partenariats que nous avons noués avec des équipes médicales ou des sociétés savantes ont été mis en cause. Outre que ces partenariats ne sont pas spécifiques à notre entreprise, ils sont conformes à la loi. Ils respectent les règles de l’éthique médicale et sont publiés.

Servier et ses 22 000 collaborateurs ont pour ambition d’engager toutes leurs forces dans la recherche et le développement pour découvrir avec la communauté scientifique de nouveaux produits innovants au bénéfice des patients.

Je serais, tout comme les équipes, heureux de vous accueillir sur nos sites pour vous présenter la réalité du groupe et vous prie d’agréer, Mesdames, Messieurs, l’expression de mes salutations distinguées.

Olivier Laureau
Président de Servier

*Office National d’Indemnisation des Accidents Médicaux